Thursday, June 4, 2020

 

      Je me suis trompé. Aucune frontière n’est facile à franchir. Il faut forcément abandonner quelque chose derrière soi. Nous avons cru pouvoir passer sans sentir la moindre difficulté, mais il faut s’arracher la peau pour quitter son pays. Et qu’il n’y ait ni fils barbelés ni poste frontière n’y change rien. J’ai laissé mon frère derrière moi, comme une chaussure que l’on perd dans la course. Aucune frontière ne vous laisse passer sereinement. Elles blessent toutes.”

Laurent Godé (ELDORADO)

Barry, ce matin, sous le métro entre Barbés et La Chapelle.

No comments

leave a comment

Copy link
Powered by Social Snap