Wednesday, September 23, 2020

 

Le troisième séjour dans les”jungles” du nord ne s’est pas passé comme je l’espérais. Je suis arrivé tout d’abord à Calais dans une ambiance électrique. La veille, une grande bagarre avait opposé un groupe d’afghan à un groupe de soudanais. De plus, les réfugiés sont fatigués, ils ne supportent plus cette situation et savent que les jours de ce qu’il reste du bidonville sont comptés. L’humeur n’était donc pas à faire des photos. J’ai tout de même pu retrouver quelques unes des personnes photographiées la fois précédentes mais beaucoup avaient disparu.
Le lendemain, à la Linière, ce nouveau camps construit illégalement par le maire de Grande-Synthe et MSF, j’ai pu retrouver plus de gens. Leurs conditions sont incontestablement meilleur que sur le terrain boueux sur lequel ils vivaient jusque là, mais la crainte des mafias et les passages pour l’Angleterre rendus de plus en plus difficiles jouent sur le moral des réfugiés.
Je tire mon chapeau aux nombreux volontaires, pour la plupart britanniques qui font tout ce qu’ils peuvent pour leur facilité la vie.

No comments

leave a comment

Copy link
Powered by Social Snap