Thursday, September 23, 2021

Je n’avais pas vu Mohamed depuis des années quand nous nous sommes croisés la semaine dernière à 2 pas du mur de photos que j’ai collé en hommage aux réfugiés. Mohamed faisait partie de la cinquantaine de migrants qui vivaient sous le métro la Chapelle le jour où je m’y suis rendu pour la première fois. Aujourd’hui, il a ses papiers, un toit et un travail. Nous avons passé un long moment à regarder les photos et évoquer nos souvenirs de « Coubri » (c’est ainsi que les réfugiés avaient nommé le camp). Mohamed m’a donné des nouvelles de Tawil, de Whatsap, de Sharif

Copy link
Powered by Social Snap