Tuesday, January 28, 2020

Sur le Pont des Arts, au milieu des badauds venus voir Notre-Dame en feu, ces jeunes mariés sont complètements dépités. Leur photographe tente, dans un français approximatif, de s’expliquer face à un groupe de passants qui leur reproche de ne pas interrompre la séance devant cette "catastrophe".

Quelques vieilles connaissances, un dispositif policier impressionnant, un peu de gaz lacrymo et des arrestations musclées, voilà à quoi ressemblait mon rendez-vous hebdomadaire avec les gilets jaunes. Hier après-midi, au Trocadero.

Il y a quelques mois, en zappant, je suis tombé sur un épisode de Thalassa. Le capitaine d’un chalutier se plaignait de la dureté de son métier. Il racontait qu’il pouvait passer des heures sans ne rien attraper en se demandant s’il pourrait payer ses hommes. Il décrivait ses changements de cap désespérés en souvenir de pêches miraculeuses et ces moments où s’apprêtant à baisser les bras, il tombait sur un banc de poisson. J’étais fasciné, j’avais l’impression que l’on décrivait une de mes journées dans la rue. La semaine dernière, sur le pont Alexandre III.

Copy link
Powered by Social Snap